10 et 11 décembre 2008: Vénérable Lochen Rimpoché

Les 10 et 11 décembre derniers, le Vénérable Lochen Rimpoché était parmi nous, à Royan.

Nous l'avions attendu dans la crainte d'un empêchement de dernière minute, nous l'avons accueilli avec tout ce que nous avions de foi, d'espoirs, d'attentes, de joie et de soulagement, d'appréhension aussi. Rimpoché était de retour !


Depuis des mois nous préparions ce moment.  Mais au fait, comment accueille t-on un Lama? Que faut-il faire? Ne pas faire? Quels sont les codes? Les usages?

Certains d'entre nous – très peu à vrai dire – avaient eu la chance d'assister, de près ou de loin, à la venue d'un maître spirituel dans un centre bouddhiste. Mais tout est différent quand c'est soi-même qui reçoit! Les questions, les problèmes, tout devient actuel, impératif, exigeant

Nous avons donc posé beaucoup de questions aux anciens et ...... nous avons fait de notre mieux.

Mais un maître spirituel n'est ni un censeur ni un juge. S'il est présent, c'est par compassion. S'il enseigne, c'est par amour. S'il parle, c'est avec sagesse. Son indulgence est sans limite quand il voit les difficultés de son auditoire. Rimpoché a vu, et tout s'est bien passé !

Recueillement, écoute concentrée, attention soutenue. Nous avons goûté, savouré, dégusté. Nous avons essayé de ne rien perdre, conscients de la rareté de l'occasion qui nous était offerte. Là aussi nous avons fait de notre mieux.

Ces quelques heures passées auprès de notre Lama étaient le résultat d'excellentes et rarissimes empreintes positives et l'effet de sa grande compassion. Conscients du fait qu'il ne fallait rien perdre de ces moments privilégiés de notre vie, nous nous sommes tous retrouvés auprès de lui pour la soirée du mercredi  repas en commun, photos de famille, détente conviviale, conseils et échanges de cadeaux. Nous n'oublierons pas ces instants uniques.

Rimpoché est reparti. Pour combien de temps ? On ne sait pas. Mais ce qu'on s'est tous dit, c'est qu'on allait essayer de s'appliquer à l'étude, essayer de réfléchir, essayer de méditer. On s'est dit qu'on avait envie de suivre les enseignements du Bouddha parce qu'ils apportent la paix et qu'ils améliorent notre vie. On s'est dit aussi qu'on voulait changer le plus possible de nos mauvaises habitudes et développer les bonnes parce que ça rend plus heureux. On s'est dit enfin que tant qu'on se souviendrait des paroles du Lama, on accumulerait les causes pour qu'il revienne.

Alors, pour appliquer concrètement ces bonnes résolutions, nous avons sauté sur l'occasion du déménagement de l'un d'entre nous pour vite nous retrouver et mettre en pratique l'entraide,  la bonne humeur, et les bonnes motivations appliquées à la vie de tous les jours.

Certes ce ne sont pas de grandes réalisations, mais c'est un début. En tout cas c'est ce que nous pensons, ce que nous espérons, ce que nous voulons.

C'est qu'il faut absolument que quelque chose change dans nos vies pour que Rimpoché revienne, car ...... ne dit-on pas que le maître n'apparaît que si les disciples sont prêts ?

 

 

bouddhisme